18/12/2011

Le monde de Sophie - Jostein Gaarder



Résumé :
Tout commence le jour où Sophie Amundsen, une jeune fille de quinze ans, trouve dans sa boîte une lettre qui lui est adressée, et sur laquelle n'est inscrite qu'une seule phrase : «Qui es-tu ?». Une seconde enveloppe lui parvient, et à l'intérieur un nouveau petit mot : «d'où vient le monde ?». L'expéditeur de ces lettres reste un mystère, mais les questions posées intriguent Sophie. C'est le début d'une étrange correspondance qui va plonger la jeune fille en quête de réponses dans une longue visite des principales figures de la philosophie... Ce roman initiatique a conquis des millions de lecteurs à travers le monde. Sans doute parce que Le monde de Sophie ne donne pas de réponses pré-fabriquées mais parce qu'il pose des questions, de vraies questions.


Avis personnel :

J'étais très enthousiaste à l'idée de lire ce livre, car je n'en ai entendu que de bonnes critiques. Et là, c'est la grosse désillusion, car je n'ai pas du tout apprécié ce pseudo cours de philo romancé. Je trouve que l'histoire de Sophie et de son interlocuteur secret est absolument factice et sans grand intérêt. J'avais espoir que leurs échanges évoluent, qu'il se passe une intrigue entre eux... et pas du tout ! C'est vraiment dommage, car l'idée était intéressante, mais à mon sens, n'a pas été bien exploitée car surfaite. Cet échange épistolier n'est qu'un prétexte.
Quant aux leçons philosophiques elles-mêmes, je les aies trouvées chiantes, pour tout avouer. Je n'ai pas aimé les métaphores et comparaisons utilisées pour expliquer les courants philosophiques. Ce la m'a davantage embrouillé. Tant qu'à faire, je préfère lire un vrai bouquin de philo chiant, au moins nous avons la vraie version de l'auteur.

Bon, une grosse déception. Un livre que je n'ai pas aimé. Mais je reste très contente de l'avoir lu !

3 commentaires:

  1. Je suis très étonnée que tu n'aies pas aimé, à mon sens, la vulgarisation de la philo et ça n'est pas péjoratif, c'est une chose importante et justement Gaarder n'a jamais pris parti. Enfin bon c'est dommage pour toi quoi :/

    RépondreSupprimer
  2. OUi, oui, la vulgarisation de la philosophie est nécessaire, bien sûr ! et ce n'est absolument pas ça que je critique. C'est l'aspect artificiel du livre qui me dérange : c'est-à-dire que pour moi, ces leçons de philo tombent du ciel, comme un cheveu sur la soupe. Je pense que l'auteur aurait vraiment pu travailler la trame de l'histoire. Quant aux leçons, je n'ai pas accroché avec les métaphores utilisées. Mais ce n'est pas grave ! je sis bon public quand même, je suis contente de l'avoir lu !

    RépondreSupprimer