06/01/2012

Kafka sur le rivage - Haruki Murakami


Résumé :
Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore. Avant de voir leur destin converger inexorablement et de découvrir leur propre vérité.



v  Avis personnel :
Je n’avais entendu que des bons échos sur ce livre, aussi bien sur les forums que par des amis qui ont lu ses livres. J’avoue être très mitigée : je reconnais que l’auteur m’a plongée dans un univers hors du commun, mais je ne peux pas dire que j’ai vraiment accroché. J’ai trouvé la lecture longue et décousue. En gros, j’ai l’impression d’être passée à côté de quelque chose car je n’adhère pas à cet engoûment.

v  L’alternance des récits :
J’ai trouvé que l’alternance des deux récits : celui de Kafka Tamura et celui de Nakata était une bonne idée, même si ce n’est pas une grande nouveauté littéraire. Toutefois, il y a de nombreux éléments qui restent en suspens, ce qui me dérange. Qu’en est-il du récit des enfants de la montagne ? Pourquoi Nakata peut-il parler aux chats ? Où est le lien ? Qu’en est-il du père de Kakfa et des âmes des chats ?
Je n’aime pas rester sur ma faim comme cela. Je suis peut-être trop cartésienne mais je n’ai pas compris.

v  Une tragédie grecque moderne :
Le fil conducteur de ce texte me semble être profondément lié à la tragédie grecque : Kafka fugue car il a entendu une sorte d’oracle, nous retrouvons sans cesse la tragédie œdipienne… J’ai toutefois été gênée par le langage extrêmement cru. Pour moi, les allusions sexuelles étaient gênantes et sans grand intérêt.
Comme toute tragédie, je pense que ce texte est très profond de sens. Mais j’avoue ne pas l’avoir saisie. Je reste à de simples constatations. J’ai eu beaucoup de mal à m’y retrouver quand Kafka et Melle Saeki couchent ensemble : était-ce un fantasme ? était-ce vrai ?

v  Métaphore & labyrinthe :
Voici une chose qui m’a beaucoup plu ! L’œuvre évoque souvent l’idée de la métaphore. Tout est métaphore dans notre monde, et il faut savoir les déchiffrer. Savoir ne pas tout prendre au premier degré mais voir au-delà des choses. Pour moi, ce livre est une métaphore. C’est certainement pour cela qu’il m’est insaisissable !
L’idée du labyrinthe est aussi très intéressante. Le labyrinthe est à la fois « réel » : à la fin du livre, lorsque le héros se retrouve dans une sorte de hors temps, et il est aussi métaphorique. Nous devons affronter notre labyrinthe intérieur. Belle idée, j’aime !

v  Un parcours initiatique
Ce roman est un roman d’initiation. Le héros entre de plein fouet dans la vie mais s’initie grâce aux différents personnages à l’histoire, à la lecture, à la musique… Il part en quête de ses origines et nous, nous accédons aussi aux origines du Japon et aux origines antiques par le biais de la tragédie. L’initiation passe aussi par l’acte sexuel.

v  Pour conclure…
Je reste sur ma faim ! Bila très mitigé… A mon sens, plusieurs lectures s’imposent pour comprendre ce livre, qui certes est très riche, mais n’en est pas moins opaque !



Ceci est une Lecture Commune que j'ai organisée ! Merci à tous les participants dont voici les chroniques !
- Elora
- Toons
- Stellade



2 commentaires:

  1. C'est une lecture où le fantastique est présent.Je me suis laissée aller par le flot de l’écriture de l'auteur et je me suis laissée embarquer...J'ai aimé et je te remercie pour cette LC.

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi pour la participation :) J'ai eu plus de mal à me laisser aller... mais je ne regrette pas du tout ! Il faut s'emplir de déroute parfois... ça fait du bien aussi !

    RépondreSupprimer